Le cirque prend de plus en plus d’ampleur en Afrique. Dans de nombreux pays du continent, de jeunes africains font preuve d’une remarquable aptitude à fusionner leur héritage artistique et culturel avec le cirque contemporain. Le cirque africain joue, par ailleurs, un rôle social et économique déterminant, puisqu’il permet à des jeunes de développer leur créativité et de renforcer leur identité, ouvre des perceptives d’emplois et représente un secteur économique potentiel.

En 2016, Olivier Guillochon (Jongleur et circacien de formation) et Patricia Gomis (Comédienne Clown) ont dispensé une formation cirque pour les jeunes des villages environnants (Ndayane, Toubab Dialaw, Popenguine).

La formation cirque répond à un désir de l’association de s’investir dans la vie locale en soutenant en premier lieu l’accès au loisir et à la culture des jeunes vivant près du Pôle.

Depuis avril 2019, l’association Djarama, avec le soutien de INSTITUT FRANÇAIS de Paris, à débuté une formation d’arts du cirque et de théâtre pour les jeunes des communes voisines. 
Grâce à notre collaboration avec Moustapha Bah de la compagnie Sencirk Sénégal et Laurence Busson de l’ Association Circoballe, les jeunes ont pu acquérir des compétences circassiennes. Patricia Gomis, directrice artistique du pôle culturel Djaram’Arts, et notre partenaire le Tas de sables – CPV dispensent egalement des cours de théâtre et d’apprentissage à la création de spectacle. 
Ce projet, qui durera jusqu’en décembre 2019, a pour but de jouer un rôle social et économique : il doit ouvrir des perspectives d’emploi pour les jeunes formés et leur permettre de créer et de diffuser leurs spectacles jeunes publics dans la région.

Dans le cadre du projet IFPROG, l’association Djarama à pu donner le deuxième module de formation cirque/théâtre/marionnette en compagnie de la Cie Le Temps Qui Sèche (Jérôme Boyer). Une restitution de tout ce travail sera montré au festival Djaram’Art 2020.