En 3 jours de festival, plus de 3000 personnes ont été recensées lors du festival. 600 enfants ont pu profiter des ateliers et des animations.



Du 2 au 4 avril 2016
Depuis sa création, notre festival d’art de rue rencontre chaque année de plus en plus de succès. Cette année, la quatrième édition du festival Djaram’Art s’est déroulé sur 3 jours, plus de 3000 personnes dont 600 enfants (âgés de 2 à 12ans) ont pu participer aux ateliers artistiques (art du cirque, construction de marionnette, théâtre d’objet, découverte de l’argile…) et assister aux spectacles de 6 Compagnies présentent. 
Durant 2 semaines en amont du festival, 32 enfants des écoles publique de Ndayane ont bénéficié d’une formation en construction de marionnettes dispensé par Lucie Hanoy et Véra Rozanova diplômé de L’IIM (Institut International de la Marionnette – Charleville Mézières) L’Institut Français de Dakar, le Village de Ndayane et « le Trampoline » situé sur la Corniche ouest de Dakar ont accueilli l’évènement. 
Nous remercions grandement les artistes nationaux (Cie Sencirk // Sambaobab // Conny Schneider) et internationaux (Cie Tinafan – Guinée Conakry // Cie Digestif – Suisse // Théâtre de la Guimbarde – Belgique // Théâtre Eclair – Burkina Fasso) pour le partenariat, leur enthousiasme et leur générosité avec le public. 


Les compagnies présentes
Sencirk

a compagnie de cirque sénégalaise nous a accompagnés pour la quatrième édition du festival en organisant des ateliers : les enfants ont pu apprendre à jongler, à faire des acrobaties et déambuler sur la Slakine.

Tinafan

Quatre Acrobates de la Guinée Conakry nous ont émerveillés avec un spectacle rebondissant. Equilibristes, contorsionniste, et jongleurs ces artistes guinéens sont polyvalents et pour le moins talentueux.

La Compagnie Digestif

Jennifer Skolovski et Carina Pouzas sont deux comédiennes venues de Suisse. Elles nous ont concocté un spectacle où Clown et Cirque se mêlent pour amuser petits et grands.

Théâtre de la Guimbarde et le Théâtre Eclair

Gaëtanne Reginster (Belgique) a animé un atelier « les mains dans l’argile » au cours duquel les enfants ont pu jouer et expérimenter les différentes formes de cette matière.
En parallèle de cet atelier, le spectacle « le Roi d’Argile » a été joué par Julie Valérie et Aïda Diao, deux comédiennes burkinabés qui ont travaillé en partenariat avec la Belgique pour offrir un spectacle dédié au très jeune public.

Une radio africaine grésille en coulisse, des bruits de vie se glissent dans la cour d’une maison burkinabè. Sorties d’un charriot, des bouteilles se font personnages, un univers s’organise, un jeu d’enfant se construit. Une voix profonde pénètre dans l’espace et vient perturber ce petit monde. 
Comment partager son espace de jeu, comment accepter la présence de l’autre ?
Petit à petit, par le biais d’objets symboliques – un roi de terre pour l’une, une poupée de bois et de chiffon pour l’autre -, les enjeux, les aléas et les possibilités de rencontres vont se rejouer. 
AVEC JULIE VALÉRIE KAMBIRÉ ET AÏDA DAO 
Conception : Gaëtane Reginster
Mise en scène : Alain Hema
Assistante à la mise en scène : Gaëtane Reginster Construction : Face-O-Scéno / Vincent Stevens
Prise de son : S. Paulin Ouedraogo
Montage son : Vincent Stevens
Création lumières : Wenceslas Kaboré
Confection des costumes : Odette Conseibo – Cobotin Stagiaire régisseur : Boris Vandenbosch 


Sambaobab


Le groupe de percussionnistes Afro-Brésiliennes est venu clôturer les journées de festival à Dakar.

Conny Schneider

Le groupe de percussionnistes Afro-Brésiliennes est venu clôturer les journées de festival à Dakar.